24hfootnews

Bayern Munich – Paris SG : les notes du match



Choc au sommet à Munich. Le Bayern Munich recevait le Paris SG en quart de finale aller de Ligue des Champions. Un air de déjà vu puisqu’il s’agissait de l’affiche de la finale de la dernière édition, remportée par les Bavarois. Privés de Robert Lewandowski, blessé, et Serge Gnabry, positif à la Covid-19, les hommes de Hans-Dieter Flick s’avançaient en favoris face aux troupes de Mauricio Pochettino, qui devaient eux faire sans Mauro Icardi et Layvin Kurzawa, touchés, mais aussi Marco Verratti et Alessandro Florenzi, eux aussi positifs à la Covid-19, ou encore Leandro Paredes, suspendu.

Le début de match, sous la neige abondante, était clairement à l’avantage des locaux. Lucas Hernandez obligeait Keylor Navas à un premier arrêt compliqué (2e). Sur le corner consécutif, Eric Maxim Choupo-Moting trouvait la barre de la tête (2e). Neymar récupérait dans la continuité un ballon dans l’entrejeu, combinait avec Angel Di Maria, fixait la défense allemande et décalait Kylian Mbappé qui profitait d’une faute de mains de Manuel Neuer pour ouvrir le score (0-1, 3e). Les tenants du titre réagissaient et utilisaient la largeur pour balader les Parisiens. Thomas Müller héritait d’un excellent ballon dans la surface pour tenter d’ajuster Navas, mais le portier veillait au grain (9e). Les vainqueurs du Mondial des Clubs appuyaient sur l’accélérateur. Leon Goretzka, de la tête (18e), et Benjamin Pavard, d’une frappe sèche (19e), obligeaient le gardien francilien à de nouveaux arrêts décisifs.

Navas assurance tous risques, Mbappé superstar

Les champions de France subissaient mais allaient aggraver le score. Suite à un corner mal repoussé par la défense munichoise, Neymar héritait du ballon et servait du gauche Marquinhos qui, seul dans la surface, contrôlait et ajustait Neuer (0-2, 28e). Le Brésilien, blessé aux adducteurs, sortait quelques instants plus tard et fragilisait malgré lui l’arrière-garde française qui allait plier face aux assauts adverses. Esseulé côté droit, Pavard adressait un amour de ballon pour Choupo-Moting qui catapultait le ballon de la tête dans les filets de son ancienne équipe (1-2, 34e). La tête de Müller, elle, terminait dans les gants de Navas sur un corner de Kimmich (45e). Score à la pause (1-2). Au retour des vestiaires, Mitchel Bakker remplaçait Abdou Diallo touché et les Rouge-et-Bleu se procuraient une grosse situation. Neymar piquait un ballon que Neuer repoussait dans les pieds de Mbappé et Di Maria. La reprise était sortie sur sa ligne par Alphonso Davies.

Le Bayern reprenait sa domination et Navas devait encore s’interposer devant David Alaba (53e), Pavard (54e) et Coman (55e). Le n° 1 parisien ne pouvait en revanche rien sur le coup de casque de Müller superbement trouvé par Kimmich sur coup franc (2-2, 60e). L’étreinte bavaroise se desserrait quelque peu. Et sur une sortie de balle de Draxler, Di Maria trouvait Mbappé qui s’en allait tout seul tromper la vigilance de Jérôme Boateng et Manuel Neuer pour redonner l’avantage à son équipe (2-3, 68e). Les Munichois prenaient un petit coup sur la tête. Et s’ils continuaient à attaquer, Coman et ses coéquipiers laissaient quelques espaces aux Franciliens, qui sortaient quelque peu la tête de l’eau et parvenaient à mieux maîtrisés les assauts adverses. Alaba et Müller faisaient passer de nouveaux frissons dans la défense, avec deux frappes au ras du poteau (85e, 87e). Score final (2-3). Le PSG réalise l’exploit de battre le Bayern, invaincu depuis le début de la compétition, et prend une énorme option pour la qualification avant le match retour.

L’homme du match : Kylian Mbappé (8,5)

Après un triplé à Barcelone, l’international tricolore s’est offert un doublé sur la pelouse du Bayern Munich. S’il a de la réussite sur l’ouverture du score (3e), l’attaquant parisien a fait parler toute sa classe sur son deuxième but personnel, le troisième du PSG (68e). Il a fait peser une menace constante sur la ligne défensive du Bayern, malgré quelques gestes superflus en première période. À noter également, sa tête défensive sur corner (50e) alors que le Bayern poussait.

Bayern Munich :

  • Neuer (3,5) : ce soir, sur la pelouse de l’Allianz Arena, il y avait sans doute les deux meilleurs gardiens du monde. Et dans ce duel à distance face à Navas, Neuer a pour une fois perdu la partie. Il n’a pas été aussi impérial que d’habitude et a même été coupable d’une grosse faute de main sur l’ouverture du score de Mbappé (2e). C’est assez rare pour être souligné surtout dans un match aussi important que celui-ci.

  • Pavard (5,5) : sur son couloir droit, le champion du monde français s’est souvent illustré offensivement. Sa capacité à proposer une solution lorsque Sané avait le ballon et, surtout, sa qualité de passes ont fait mal à Paris. C’est lui qui délivrait une merveille de centre pour Choupo-Moting sur le premier but du Bayern (37e). Il aurait aussi pu y aller de son but sans les excellentes interventions d’un Keylor Navas sur un nuage ce soir (20e, 54e). L’un des meilleurs sur la pelouse.

  • Süle (non noté) : au cœur de la défense à un du Bayern Munich, le défenseur allemand de 25 ans a dû, comme très souvent, s’occuper tout seul de Neymar et Mbappé. Il a souffert quand les deux ont pris la profondeur, mais il a essayé de limiter un maximum les espaces. Il a réalisé quelques bonnes interventions (17e, 22e, 34e) avant de laisser sa place avant la mi-temps à Jerome Boateng (4) pour blessure. L’expérimenté défenseur de 32 ans a connu les mêmes difficultés que Sule. Sa vitesse a été un problème face à Kylian Mbappé, surtout sur le second but du Français (68e).

  • Alaba (4) : positionné en tant que défenseur central en début de match, David Alaba n’a pas réellement assuré. Il a laissé beaucoup trop d’espaces à Kylian Mbappé. C’est après un mauvais placement de sa part que le Français allait marquer (2e). Il a en réalité plus joué en tant que milieu que défenseur en début de rencontre. Il sera replacé dans l’entrejeu après la blessure de Goretzka. Dans le double pivot avec Kimmich, l’Autrichien a semblé beaucoup mieux. Il a pu étaler sa large palette technique et contrôler le jeu, mais ça reste insuffisant surtout quand on connaît son talent.

  • Hernández (4,5) : il avait commencé le match en tant que latéral gauche. Malgré quelques belles montées, le Français manquait quand même d’explosivité pour profiter des difficultés de Dagba à défendre. Il avait très peu réussi à faire la différence. Il a été replacé dans l’axe d’abord au côté de Sule puis de Boateng. On l’a senti plus à l’aise. Son agressivité et sa bonne vitesse lui ont facilité la tâche quand il fallait s’occuper de Mbappé, Neymar et consorts.

  • Kimmich (6) : comme d’habitude, l’homme à tout faire du Bayern Munich a régalé. Partout, tout le temps, l’international allemand a dicté le jeu de son équipe. C’est lui qui s’occupait de la première relance et il a souvent créé le surnombre dans les 25 derniers mètres. Sa précision sur les coups de pieds arrêtés ont été une arme pour son équipe. Il était passeur décisif pour Muller (59e). On l’a senti parfois trop seul dans le cœur du jeu surtout quand il fallait mettre un peu plus d’impact physique.

  • Goretzka (non noté) : indéboulonnable depuis plusieurs mois avec le Bayern Munich, Leon Goretzka avait plutôt bien débuté la rencontre. Malgré les buts parisiens, il avait réussi à peser au milieu et à proposer des solutions sur les phases offensives. Il était remplacé à la demi-heure de jeu par Alphonso Davies (5) après une blessure. Le latéral canadien a sans surprise apporté toute sa vitesse et sa percussion sur son couloir gauche. Il a fait du mal à Dagba et a aussi réalisé des interventions défensives décisives (50e, 66e). Une entrée intéressante

  • Sané (4,5): l’ancien joueur du Manchester City n’avait pas vraiment réussi à passer en un contre un Diallo alors il s’est servi de sa technique pour très souvent dédoubler avec Pavard. Il a réussi à servir ses coéquipiers dans de bonnes conditions grâce à des bons changements d’aile. En deuxième mi-temps face à Bakker, il s’est encore plus régalé. Par contre, il n’a pas su se montrer dangereux et ses frappes ont été très imprécises. Il s’est parfois emmêlé les pinceaux et s’est perdu dans ses dribbles.

  • Müller (5) : c’était le leader de l’attaque bavaroise en l’absence de Robert Lewandowski mais Thomas Müller à alterner le bon et le moins bon ce soir. Il a comme toujours emmené le pressing de son équipe et s’est procuré quelques petites occasions. En deuxième mi-temps, il a joué plus haut et c’est presque logiquement qu’il trouvait la faille d’une magnifique tête décroisée. On est toujours impressionné par son leadership. Il a néanmoins fait preuve de maladresse sur certaines offensives.

  • Coman (5) : son duel avec Colin Dagba était sans doute l’une des clés du match. L’international français a posé pas mal de problèmes à la défense parisienne. Sa vitesse et ses dribbles ont créé quelques espaces et ont permis de constamment déstabiliser l’adversaire. Il a manqué parfois de justesse et de concentration, à la perte du ballon notamment et au moment de finir les actions. Il est, par contre, monté en puissance en fin de match et il aura eu le mérite de tenter tout le long de la rencontre.

  • Choupo-Moting (5,5) : c’était annoncé et connaissant les multiples histoires dans le football, miser sur un bon match de Choupo-Moting contre son ancien club n’avait rien de surprenant. Ce fut le cas. Le Camerounais a livré une prestation plutôt aboutie ce soir. Il se montrait dangereux très rapidement avec une tête sur la barre (2e) et il inscrivait d’une belle tête le premier but de son équipe (37e). Il avait à cœur de prouver que les Bavarois pouvaient compter sur lui en l’absence de Lewandowski. On l’a senti très impliqué.

Paris SG :

  • Navas (8,5) : San Keylor était encore de sortie à Munich. Après son festival lors de la réception du FC Barcelone en 8e de finale retour (1-1), il a encore brillé de mille feux. Aidé par sa barre sur une tête de Choupo-Moting (2e), le Costaricain a multiplié les arrêts décisifs pour maintenir son équipe à flot (2e, 9e, 18e, 19e, 42e, 53e, 54e, 55e). Un véritable mur.

  • Dagba (4) : préféré à Thilo Kehrer, le jeune latéral droit, pas toujours aidé par Di Maria et ses milieux, a été en grosse difficulté face à la vitesse de Coman. Il a d’ailleurs eu beaucoup de réussite pour enlever le ballon des pieds de ce dernier dans la surface (25e). Un peu mieux en seconde période.

  • Marquinhos (non noté) : présent dans l’engagement, dans les airs et dans l’impact, le capitaine parisien a quasiment tout bien fait, hormis une relance manquée (14e). Touché aux adducteurs et diminué après quelques minutes de jeu, le Brésilien a tenu bon et s’est même mué en buteur (28e). Héroïque. Remplacé par Herrera (29e)(6). L’Espagnol s’est immédiatement mis dans le bon tempo, sans fioritures, avec beaucoup de générosité et un placement prudent.

  • Kimpembe (7) : au rendez-vous dans la détermination, le champion du monde 2018 a livré une prestation taille patron, avec des interventions bien senties. On notera une petite prise de risque sur une passe en retrait juste avant la mi-temps (45e).

  • Diallo (5) : prudent et solide face à Sané, il a souffert avec ses partenaires et tenté de ressortir proprement les ballons. Très rarement dans le camp du Bayern. Remplacé par Bakker (46e) (5). Le Néerlandais a réussi une entrée correcte dans un contexte compliqué, même si Leroy Sané lui a parfois fait tourner la tête.

  • Danilo (6) : le milieu a plutôt bien entamé la partie, même s’il a été en réussite sur une intervention défensive et en retard sur Goretzka (18e). Repositionné en défense centrale après la sortie de Marquinhos, il a fait valoir son jeu de tête défensif et son placement sur des situations dangereuses pour les siens (44e, 55e, 58e, 69e, 90e). Le Portugais a malgré tout été fautif sur le but de Choupo-Moting (34e).

  • Gueye (6,5) : pris par Choupo-Moting sur corner (2e), coupable d’une main dangereuse devant la surface (6e), puis d’une passe ratée (8e), le Sénégalais a connu un début de match très compliqué avant de bien revenir dans la partie. Sa grosse débauche d’énergie devant sa surface a gêné les Allemands et lui a permis de gratter quelques ballons intéressants

  • Di Maria (5,5) : à l’origine de l’action de l’ouverture du score, l’Argentin est également directement impliqué sur le troisième but parisien, étant dernier passeur pour Mbappé. Mais s’il a été précieux, le gaucher a également connu beaucoup de déchet dans ses dribbles et transmissions et n’a pas toujours prêté main forte à Dagba défensivement. Remplacé par Kean (70e).

  • Draxler (5,5) : surprise au coup d’envoi, l’Allemand a parfois été en retard dans le repositionnement défensif, étant par exemple trop loin de Pavard sur son centre décisif pour Choupo-Moting (34e). Il a cependant été plutôt intéressant dans les sorties de balle. C’est ainsi qu’il est à l’origine du troisième but parisien. Averti (62e).

  • Neymar (6,5) : le Brésilien s’est montré décisif, avec deux offrandes à son actif pour Mbappé (3e) puis Marquinhos (28e). Très disponible entre les lignes, il a été assez juste dans l’utilisation du ballon et a obtenu de nombreux coups de pieds arrêtés. Dans le dur physiquement lors du second acte, il a néanmoins fait le métier sur quelques contres parisiens. Remplacé par Rafinha (90e).

  • Mbappé (8,5) : voir ci-dessus.

Your Daily Football News
Exit mobile version